Nesseria
Nesseria
Nesseria (2009)
genre : Chaos
7,5/10
Trendkill Recordings


Le chemin qui mène à ce premier album éponyme est plutôt original. Pas moins de 4 splits (!) et des tournées un peu partout dans le monde (occidental, bien sûr faisons ici fi du débat qui régit autour de l'occidentalité ou non du Japon, car de toute façon, le monde sera Occident d'ici peu). Voilà qui a permis à ces Orléanais de nous concocter dix titres parfaitement exécutés, emprunts d'un savoir-faire et d'une passion certaine.

La brutalité de la musique traduit un malaise que des textes conscients et intelligents (on est bien loin du pathétique « La société, elle a que des problèmes ») permettent de relever et d'imprégner de sincérité. Des passages très Converge pour la complexité de certaines thématiques sociétales, des riffs archi-lourds pour qualifier l'échec de l'enseignement, des voix claires pour la misogynie de certaines religions de masse, des morceaux qui mettent agréablement un peu de temps à se mettre en place pour décrier le privilège que devient la mort, du tapping pour les dérives du système capitaliste (« Par Pertes et Profits » et ses plans prenants) et de bons vieux blast beats pour couronner le tout. Nesseria ne laisse rien au hasard et livre un premier album au son énorme, pêchant tant du côté du grind malin de Nasum que de l'intelligence d'écriture de la bande à Jacob Bannon.

En conclusion, Nesseria est un album bien référencé, cru, authentique et réfléchi, qui offre une lecture intéressante du monde qui nous entoure.

Site : http://www.myspace.com/nesseria

Gilles Der Kaiser