-Accéder aux live reports :
 
Live Report
Live Report 2010
 
 
DEFTONES + COHEED AND CAMBRIA (annulé) + DOYLE
Splendid – Lille – 14 décembre 2010


Quel plaisir de retrouver cette bonne vieille salle du Splendid. Près de 3 ans se sont écoulés pour qu'enfin une programmation ne me donne envie d'y repointer mon nez (Machine Head en 2008 si mes souvenirs sont bons)... C'est donc tout content que je brave la neige et le froid en ce mardi 14 décembre pour y voir DEFTONES, l'un des groupes ayant rythmé mon adolescence accompagné de COHEED AND CAMBRIA, découverte récente mais agréable.

Boulot oblige, je pénètre dans la salle alors que les Parisiens de DOYLE terminent leur concert. Clichesque tant visuellement que musicalement, les deux morceaux que je vois ne me donnent pas envie de creuser plus profond... Autre déception, Coheed and Cambria ne jouera pas ce soir. Ce qui nous amène directement au gros morceau de la soirée.



Aperçu plus que vu au Hellfest pour cause de planning ultra-chargé, j'ai l'occasion de me rattraper sur un set complet de DEFTONES, ce qui n'est pas pour me déplaire vue la qualité du dernier album des Californiens. Deftones, à l'image de son public, a grandi et mûri, se débarrassant au passage des clichés Néo-Métal qu'il a pourtant largement contribués à créer en son temps. Un son énorme, une set-list équilibrée, une interprétation sans faille, un chant impeccable, le tout sur une bonne heure et demi. Ne manquait que "Bored" pour que le plaisir ne fût complet et que je ne retrouve définitivement mes 15 ans et mon skate-board !


Un vrai bon moment comme on en veut plus souvent au Splendid !!

Set-list :
Rocket Skates, Around The Fur , My Own Summer (Shove It), Lhabia, Feiticeira, Korea, Digital Bath, Diamond E
suite ici
  Haut
 
 
FINNTROLL + SAMAEL + ROTTING CHRIST + METSATOLL + NOTTNEGAL
Ninkasi Kao – Lyon – 13 décembre 2010



Après une belle tournée en tête d’affiche du Pagan Fest 2010, Finntroll a décidé d’organiser son propre ‘package’ pour une tournée hivernale. Ces derniers ont déclaré vouloir s’amuser sur la route avec une affiche éclectique, pour brasser une plus large audience. Ainsi, aux Suisses de Samael se sont rajoutés les Grecs de Rotting Christ, les Estoniens de Metsatoll, et enfin les Nottnegal, des îles Maldives (!). Un beau rassemblement des peuplades du monde en tout cas.

Etant donné le nombre conséquent de groupes qui jouent ce soir, et peut-être à cause du froid, les portes ouvrent exceptionnellement à 18h30. La file d’attente est ridicule, une dizaine de personnes, du coup on peut se permettre de s’inquiéter de l’affluence pour cette soirée.


NOTTNEGAL joue donc son début de set devant un parterre largement clairsemé. Un début de set, il faut l’avouer, avec un son assez affreux. N’est audible que le jeu de double pédale, et quelques bribes de voix. Mais la balance s’améliorera au fur et à mesure de l’avancée dans le show. On parvient donc à entendre un Heavy/Death mélodique assez sympathique, emmené par un clavier largement influencé par Janne Warman de Children Of Bodom, flagrant sur les lead parts. Les deux guitaristes maîtrisent bien leurs instruments, en s’échangeant les parties rythmiques et solo. Les musiciens sont visiblement très heureux de jouer, et de faire partie de cette tournée. Un enthousiasme pas vraiment partagé, et une fin de set qui met presque mal à l’aise pour le groupe… Au suivant…


Ce sont les Estoniens de METSATÖLL qui se chargent de prendre la relève de leurs collègues. Là, avant le début du show, un peu plus de monde est rentré. Déjà venus à Lyon dans le cadre d’une première partie d’Ensiferum, ils avaient prouvé que l’on peut faire du Folk Metal à cornemuse de mani
suite ici
  Haut
 
 
NAPALM DEATH + IMMOLATION + MACABRE + WAKING THE CADAVER
L’Usine – Genève (Suisse) – 19 novembre 2010


C’est avec plaisir et grand intérêt que nous avions appris quelques mois plus tôt la mise en place de cette tournée réunissant la fine fleur du Grind et du Death Metal, sans oublier le retour sur les planches des mythiques et rares Macabre, sans oublier Waking The Cadaver, groupe de Deathcore ricain aux dents longues…

Arrivés au pays où les vaches sont violettes et où ce sont les marmottes qui emballent le chocolat dans du papier alu, nous (Vincent et Michel, du groupe The Seven Gates, la sœur de Mich’ et Fabien, un pote de Mâcon) franchissons sans problème la frontière (un conseil : passez par Annemasse, par la route, pour ne pas être emmerdés), et après une petite traversée de Genève, nous arrivons dans le secteur de l’Usine, salle mythique dont les jours semblent apparemment comptés, d’où une pétition qui circule sur le Net. Et si je n’avais qu’un conseil à donner aux Suisses, c’est qu’ils ne ferment pas cette salle, qui est nickel pour les concerts de Metal, même si le plafond est un peu trop bas, de plus située dans un environnement plutôt cool… Pour ceux qui connaissent, cette salle, dans sa configuration, m’a fait penser au Biebob de Vosselaar, en Belgique.

Mais voilà, mauvaise surprise en arrivant devant la salle, Barney, hurleur chez Napalm, a une infection de la gorge l’empêchant d’assurer le concert du soir. Décevant car Napalm Death sans Barney, c’est comme une fondue savoyarde sans comté, bref, une pseudo-catastrophe ! La salle propose même de rembourser les billets des mécontents mais on se rend compte que personne ne va le faire, tout simplement parce que ND a décidé de ne pas annuler le show, préférant faire appel à ses propres moyens et à des invités pour le chant… Respect !!! Finalement, en plus, ce concert risque de devenir culte…
Par contre, avec le recul, on ne comprend toujours pas bien la défection de Barney, puisqu
suite ici
  Haut
 
 
VULCAIN + VELLOCET
Trabendo – Paris – 13 novembre 2010

Live pics © Metal Sickness / www.metalsickness.com




Ces dernières années, les reformations de groupes « cultes » français ont eu le vent en poupe. ADX, Blasphème, Square (rebaptisé Still Square), Satan Jokers et d’autres moins connus ont ainsi repris la route et dans le meilleur des cas se sont attelés à l’enregistrement de nouveaux albums. Un phénomène incontestablement amplifié par la tenue des deux éditions du Paris Metal France qui ont certainement donné envie à ceux qui y participaient de poursuivre l’aventure. Et surtout montré qu’un certain public répondait encore présent.

Et Vulcain dans tout cela ? Hé bien, même si beaucoup désiraient ardemment une reformation, il faut avouer que l’on ne s’y attendait plus vraiment étant donné les désaccords entre certains membres. Et pourtant, en ce début d’année, la machine a été relancée, le groupe mettant de côté les différends et entamant une série de concerts (dont une étape au Hellfest). Pas d’album en prévision aux dernières nouvelles, juste le plaisir de rejouer ensemble et par là- même, l’occasion de fêter les vingt-cinq ans de la sortie de Desperados.

Encore faut-il arriver au Trabendo ! Putain de temps pourri durant toute la route et qui nous ralentit, embouteillages à la con dans la capitale (il aurait fallu dire à certains Parisiens que c’était la journée mondiale de la gentillesse ce samedi ! Si si !), GPS totalement à l’ouest à quelques encablures de cette satanée salle, super ! Bon, on se rassurera en se disant qu’on n’était pas les seuls à galérer…
Lorsque nous entrons finalement dans la salle, Vulcain en est déjà à son cinquième titre « Pile ou Face » ! Exit donc la prestation de VELLOCET en première partie. Comme me l’indiquera plus tard leur chanteur Eric : « T’as tout raté ! ». Et ouaip… Selon des avis pris à droite et
suite ici
  Haut
 
 
KORPIKLAANI + ELUVEITIE
Ninkasi Kao – Lyon – 26 octobre 2010



C’est une belle soirée Folk/Pagan Metal que My Reference Events nous propose en ce mardi 26 octobre. Une des branches du Metal qui connaît beaucoup de succès actuellement, puisqu’encore une fois, l’évènement est sold-out depuis plus d’une semaine. De plus, on pourrait quasiment qualifier ce plateau de ‘double’ tête d’affiche puisque les deux groupes sont particulièrement populaires, notamment après les deux derniers Pagan Fest qui sont passés par la capitale des Gaules.

C’est GODNR’UNIVERSE qui a la charge d’ouvrir les festivités. Il s’agit d’un projet tout récent qui comprend différents membres d’Eluveitie. Dans un style plutôt ambitieux,le quatuor est assez franc avec l’audience en annonçant que ce ne sera pas du tout du Metal qui sera joué ce soir. En effet, le groupe combine différents types de musique : le folk, le rock et même parfois le jazz, par les techniques utilisées à la batterie. Bien qu’assez étonnante et calme, la prestation est impressionnante et mérite le respect. C’est d’ailleurs le mot-clé qui restera pour cette formation ce soir, car tout le public est assez ouvert musicalement pour respecter et même apprécier le show proposé. Une bonne surprise, au final. Car ce n’était pas gagné d’avance.

Un petit temps d’attente pour changer le matériel et finalement le magnifique pied de micro de KORPIKLAANI est installé. La bande finlandaise est clairement attendue car les rangs se resserrent assez rapidement après la fin de la première partie. Les lumières s’éteignent et c’est une ovation générale qui attend le clan de la forêt (traduction du nom en finnois). Le groupe démarre son set avec le fameux « Vodka », et enchaîne les titres les plus rapides de sa discographie pour les 5 premières chansons (« Journey Man », « Cottages and Sauna »…). Puis, voyant la joyeuse fête qui s’installe, va ensuite alterner des mor
suite ici
  Haut
 
 
SCORPIONS + KARELIA
Zénith – Dijon – 19 octobre 2010

All pictures and report by Will Of Death



Les Allemands de Scorpions effectuant leur tournée d’adieux pour supporter la sortie de leur album Sting In The Tail, on s’est dit qu’il ne fallait louper ça pour rien au monde, car allez savoir, c’était peut-être la dernière fois qu’on allait les voir en live… Depuis, on a appris que le groupe allait être une des têtes d’affiche du Hellfest 2011 et qu’ils reviendront hanter nos scènes une dernière fois en novembre. On aura donc droit à du rab et c’est tant mieux car une nouvelle fois, nous n’avons pas été déçus par le groupe, ce soir du 19 octobre 2010, au Zénith de Dijon.

Arrivé sur place vers 15h30 pour une interview des Français de Karelia, je peux me rendre compte que la configuration du Zénith de Dijon permet d’installer entièrement la scène imposante du groupe, c’est déjà une bonne nouvelle. On aura donc droit au spectacle complet du groupe !



Deuxième constat, comme j’ai accès aux backstages (merci à David de Music For Ever), je peux me rendre compte que tout est parfaitement huilé du côté des techniciens plateau du groupe : personne ne s’énerve, pas un cri, pas une engueulade dans la langue de Goethe, chacun sait ce qu’il a à faire et tout sera donc prêt à temps. Même chose du côté des tour-managers, où la courtoisie et le sourire sont les maîtres-mots. Une bonne leçon à retenir quand on voit comment se prennent parfois la tête les petits organisateurs et comment ils peuvent se chopper le melon dès qu’ils organisent un concert avec un groupe un peu connu… En faisant le tour des loges individuelles des membres du groupe allemand (les Karelia ayant une grande salle à leur disposition), je croise le batteur James Kottack (qui me salue poliment d’un signe de tête) qui s
suite ici
  Haut
 
 
DARK TRANQUILLITY + INSOMNIUM + OVERLOAD
CCO – Lyon Villeurbanne – 8 octobre 2010

Live pics © 2010 Mathias Fau / www.myspace.com/mathias_fau for Noiseweb


Report by Benjamin C. aka TheReaperChild

C’est une soirée placée sous le signe du Death Metal mélodique qui a été organisée en ce vendredi 8 octobre par My Reference Events. Il est environ 19 h quand les portes s’ouvrent, laissant apercevoir une petite foule, mais finalement peu massive. La fosse du CCO est assez clairsemée en ce début de soirée. Mais j’entends à de nombreuses reprises que le show est quasi-complet.

C’est le groupe OVERLOAD qui démarre les hostilités, avec un son de facture plutôt bonne pour un ‘opening act’. Avec de nombreux passages Death mélodique influencés par Children Of Bodom (harmonies de guitare, présence d’un clavier), mais aussi quelques beatdowns hardcore, la formule du groupe se veut assez originale. Et appréciée du public, car quelques pogos débutent, ainsi que le survol d’un courageux slammer. C’est véritablement une ambiance bon-enfant qui semble s’être installée. La bande enchaîne avec les titres de ses deux albums, avant de quitter la scène avec de nombreux encouragements de la part de l’audience. C’est un constat assez agréable. On peut d’ailleurs remercier les organisateurs de cette tournée pour le choix de premières parties cohérentes avec la tête d’affiche. Et c’est aussi ce qui peut expliquer le succès de cette soirée.

Un petit temps s’écoule pour installer le matériel. Ce sont les Finlandais d’INSOMNIUM qui sont prévus. Le quatuor s’empare de la scène avec un évident enthousiasme, et nous le montrera tout le long de son set. Premier constat, le son est d’une pureté incroyable, et le Doom/Death mélodique du groupe s’y prêtant, permet vraiment de rentrer profondément dans un univers empreint d’émotions et de mélancolie… C’est dans ces moments qu’on constate à quel point une musique de qualité peut nous transporter ailleurs… Le public est encore plus r
suite ici
  Haut
 
 
LIMP BISKIT + THE BLACKOUT
Transbordeur – Lyon – 9 septembre 2010

Live pics © 2010 Mathias Fau / www.myspace.com/mathias_fau for Noiseweb


Report by Benjamin C. aka TheReaperChild

Le concert de Limp Bizkit de ce jeudi 9 septembre à Lyon, un des premiers en province depuis bien des années, est fixé au Transbordeur. Le quintet a visiblement été trop ambitieux en ayant planifié des grandes salles avec de grosses capacités (10000 personnes) comme la Halle Tony Garnier, prévue initialement. Mais les ventes faibles des places persistant, le groupe californien a donc dû se rabattre sur un lieu permettant d’accueillir 1500 à 2000 personnes, ce qui a permis à l’évènement d’être plus rapidement sold-out. Ce soir-là, de nombreuses personnes sont à la recherche de billets, car ce spectacle est très attendu. Tellement attendu que le propre service de sécurité du groupe, craignant des débordements, a interdit les sacs dans la salle, avec consigne obligatoire, au grand dam de la sécurité locale, qui a l’air agacée par toutes ces mesures extraordinaires. Mais passons ce détail… Lorsque la foule pénètre dans la salle, une première chose peut se remarquer, les habituelles barrières de la salle ont été retirées, remplacées par celles que le groupe avait amenées, et elles sont plus reculées par rapport à ce qui se fait d’habitude. On s’attend donc à ce que la bande de Fred Durst s’aventure devant son public.

Une bonne demi-heure passe jusqu’à ce que les Britanniques de THE BLACKOUT s’emparent de la scène. Quoi qu’on dise de la scène Metal/Emocore, ce groupe en accumule tous les pires clichés : les mèches blondes à la My Chemical Romance, cette attitude teenage et puérile profondément ennuyante. Et là encore, le public lyonnais, qui m’étonnera toujours, va beaucoup applaudir la prestation. C’est donc un créneau qui a priori doit bien fonctionner, quand on connaît le succès de tous ces projets finissant par ‘core‘. Le son pour ce soir paraît assez bon, pas trop riche en
suite ici
  Haut
 
 
ELSROCK Festival 2010
Rijssen (Pays-Bas) – 28 août 2010



Textes et photos by Sophie Carron



Le Elsrock festival se déroule près d’un stade de foot, entouré de pâtures où vivent des poneys et des chevaux ! Les concerts ont lieu sous un grand chapiteau et tout autour, il y a stands de bières (à 2 € le petit gobelet de 0.25 cl !!! aie aie aie), stand de frites (ah oui !), stands de fringues et de CD’s. Ambiance conviviale et familiale. En effet, il y a pas mal d’enfants qui circulent ! Le site est boueux car il n’a pas arrêté de pleuvoir les jours précédents. Par contre, sous le chapiteau, le sol est recouvert d’écorces d’arbres, donc ça sent bon et ça ne glisse pas ! Le crew est super sympathique et parle très bien anglais. Petite interview de Stigma d’Agnostic Front avant les concerts, toujours sympa ; il était 14h et le mec venait de se lever mais il fut super disponible et super gentil ! Par contre, Napalm Death est arrivé tard dans la journée donc je n’ai pas eu le plaisir de leur parler !






HAIL OF BULLETS
Groupe Hollandais de Death Metal, dont les chansons tournent autour du thème de la guerre, d’où l’album Warsaw Rising sorti en 2009. Martin van Drunen au chant n’arrête pas de montrer des dents au public et de se serrer les poings, il vit ses morceaux à fond (en même temps, c’est lui qui écrit les paroles donc ça aide). Il s’exprime en anglais, ouf ! Non pas que je n’aime pas le néerlandais mais pour les avoir entendus parler entre eux, je vous assure que c’est mieux comme ça. Les morceaux sont énergiques, bon roulement de batt
suite ici
  Haut
 
 
IEPER FEST 2010
13-14-15 août 2010 - Ypres (Belgique)

IEPER FEST 2010


Texte et photos par Nicolas Baumgartner pour NOISEWEB.




Vendredi 13 août 2010
Après un périple d'une heure dans Ypres pour trouver le site, me voici enfin sur place et surprise, l'organisation est quelque peu anarchique ; je m'explique : 3 caisses, 1 seule file d'attente. C’est bien peu pour drainer tout le monde, du coup, on loupe les premiers groupes.
[NDLR : Petite remarque : votre serviteur n’étant pas fan de Death Metal ni de Grind, ce report s’orientera exclusivement sur les groupes de Hardcore…].

Le temps de faire la queue, BRUTALITY WILL PREVAIL entame et termine son set 25 min de Hardcore qui laisse présager un bon festival en perspective. Malheureusement, je n'ai pu qu’entendre le set de loin.



Une heure après mon arrivée, le campement est monté ; direction le site et la Main Stage où PAURA nous offre un set technique et lourd à la Machine Head, au point que si l'on fermait les yeux, on pourrait se croire devant Rob Flynn. Le public a aussi cette impression mais rien ne l’empêche de profiter au maximum de ce set.

La pluie fait son grand retour mais à petite dose, rien à voir avec l'averse tombée sur festivaliers arrivés la veille. Pas de répit, ce n'est pas une petite pluie qui va nous arrêter et arrêter BLEED INTO ONE qui, malgré le calme de début d'après-midi et la digestion ambiante, arrive à faire bouger les foules grâce a un Hardcore énergique et un groove que l'on peut retrouver chez les Californiens de Terror. En milieu d'après-midi, le gros des festivaliers est présent : on cr
suite ici
  Haut
 
 
BEHEMOTH + DECAPITATED + EX-DEO
Ninkasi Kao – Lyon – 30 juin 2010

Live pics © 2010 Mathias Fau / MySpace MATHIAS FAU for Noiseweb



Report by Jean-Baptiste Juillard aka JB69



Si Behemoth oublie rarement de passer par Lyon lors de ses tournées françaises, il n'empêche que nombreux sont ceux qui n'ont pas encore eu la possibilité d'assister à une performance du groupe polonais. La date estivale de ce soir est donc l'occasion de réunir les deux cas de figure en proposant une prestation du Behemoth cuvée 2010 pour une tournée censée mettre à l'honneur le dernier opus Evangelion qui a vu Nergal et les siens franchir un nouveau pallier. Leurs confrères polonais de Decapitated ainsi que la formation canadienne Ex Deo les accompagnent.

La soirée commence sans tarder avec un groupe composé de plusieurs membres officiant dans le groupe de brutal death canadien Kataklysm. Emmené par Maurizio Iacono, EX DEO est l'occasion pour celui-ci d'honorer ses ascendances italiennes en célébrant la gloire de l'Empire romain. En témoigne le premier album du groupe sorti en 2009 sous le nom mythique s'il en est de Romulus ; album qui vit Maurizio faire jouer son carnet d'adresses en invitant des icônes de la scène Metal tels Karl Sanders, Obsidian C. et Nergal (qui ne rejoint malheureusement pas le groupe sur les planches ce soir). La scène est ainsi parée d'étendards romains marqués du sigle symbolisant le pouvoir politique de Rome : « SPQR ». Et c'est sans surprise qu'une musique semblant tout droit sortie d'un péplum est diffusée tandis que nos légionnaires investissent la scène. Tous les membres du groupe sont en effet revêtus d'armures en cuir renforçant leur carrure déjà imposante. La salle n'est pas encore pleine lorsque le groupe se met en action, livrant un Death Thrash martial à une f
suite ici
  Haut
 
 
GRASPOP METAL MEETING
Dessel (Belgique) – 25 au 27 juin 2010

Text & All pics © 2010 Jean-Christophe Baugé - Metal Obs’ / Noiseweb




Géant !

Festival Metal leader en Europe en termes d’affluence (135 000 personnes en 2009), le Graspop Metal Meeting de Dessel, à mi-chemin entre Anvers et Eindhoven, draine depuis longtemps un public bien au-delà des Flandres, et nombreux sont les Français du Nord et de l’Est à faire le pèlerinage annuel. L’affiche de cette édition « spéciale 15ème anniversaire » était une fois de plus du haut de gamme… Retour sur les moments forts des 25, 26 et 27 juin.


Day 1
Sur la mainstage, BILLY TALENT, drivé par le chanteur Benjamin Kowalewicz, assure un show efficace mélangeant habilement Metal et Punk Rock, avec parfois quelques moments de finesse (le solo de guitare sur « Devil On My Shoulder »). La performance n’est pas sans évoquer celle de Papa Roach ici même en 2009.
Sous le Marquee 1 (l’une des 3 scènes couvertes), ANATHEMA reprend in extenso le « Kashmir » de Led Zep : beau timbre de voix de Vincent Cavanagh (et quelques pains du frangin Danny à la guitare)… mais les morceaux atmosphériques et déprimants finissent par lasser un peu l’auditoire.
SLAYER investit alors la scène principale : avec 2 x 18 pans droits Marshall en guise de seule décoration, le groupe n’est pas là pour rigoler. Ça remue sec dans la foule, que ce soit sur du neuf (« World Painted Blood ») ou du vieux (« Angel Of Death »). Les deux écrans latéraux permettent de se rendre compte du travail monstrueux qu’abat Dave Lombardo derrière ses fûts.


Billy Talent


Après une escapade sous le Marquee 1 pour apprécier l’excellent concert de THERION<
suite ici
  Haut
 
 
IRON MAIDEN + DREAM THEATER
AT&T Center – San Antonio (USA) – 12 juin 2010

All pics © 2010 Christian Ravel for Metal Obs’ / Noiseweb

Texte par M. Desrochers




C’est à San Antonio au Texas, le 12 juin dernier, au début du Final Frontier Tour que nous nous rendons pour voir Iron Maiden. La promotion du nouvel album, dont la sortie est prévue le 16 août, à débuté seulement une semaine auparavant et nous assisterons ce soir au 3ème concert du groupe. Autant dire que nous nous sentons privilégiés de nous retrouver ici et nous sommes impatients de découvrir le nouveau show.
Après un rapide tour de la ville et une visite de Fort Alamo (si si, celui de David Crocket et d’Ozzy !), nous retournons sur le lieu du concert, le AT&T center (équivalent de notre Bercy) pour prendre la température. Le mot est exact car ici il ne fait pas moins de 33 degrés !

Nous discutons avec les premiers fans arrivés et certains suivent déjà la tournée depuis Dallas (premier concert du groupe avant Houston et ce soir). Il y a là des Américains bien sûr mais aussi des Danois, Russes, Anglais, Espagnols, Suisses et Français ! Nous nous efforçons de ne pas entendre les commentaires sur les précédents shows afin d’avoir une surprise totale.

N’ayant pu récupérer nos places à l’entrée à temps, nous manquons en grande partie le show de DREAM THEATER. Nous entendons tout juste la fin de « Pull Me Under » et ce sera leur dernier titre.



C’est donc avec des oreilles vierges que nous attendons impatiemment l’arrivée d’IRON MAIDEN. Le public est excité et l’attente sera de courte durée. La salle se retrouve plongée dans le noir et c’est Doctor, Doctor d’UFO qui servira à l’accoutumée d’intro. Le rideau tombe et le gro
suite ici
  Haut
 
 
ARKONA + NOGARD + NORTHERN LORDS
Lyon’s Hall - Lyon - 7 juin 2010

LMF5


Texte et photos par Jean-Baptiste Juillard (aka JB69)

Le concert organisé au Lyon's Hall de Vaise ce lundi 7 juin 2010 par Rock Impact Agency laissait présager une forte affluence, malgré la date en semaine, puisque la tête d'affiche d'aujourd'hui avait séduit les spectateurs du Pagan Fest 2010 de Lyon en mars dernier en dépit d'un temps de jeu assez court. Arkona, emmené par sa chanteuse aux cheveux d'or Masha possède de nombreux fans à travers le monde, notamment en France. C'est donc avec joie que la capitale des Gaules accueille ce soir pour la seconde fois ces fiers représentants d'une Russie ancestrale. Certes, la salle est ce coup-ci plus modeste, mais cela n'a pas empêché le public de se déplacer en masse puisque le concert affiche complet, grâce à une promotion efficace faite sur le Net et à la sortie des concerts, ainsi qu'à la possibilité d'effectuer une réservation à l'avance. Par conséquent, c'est presque 200 âmes qui sont attendues dans le caveau lyonnais.


NORTHERN LORDS - La soirée débute un peu après 20 h avec un groupe qui commence avec « Death In Fire » avant d'interpréter un peu plus loin « Pursuit Of The Vikings ». Mais non, il ne s'agit pas d'Amon Amarth, mais d'un groupe de Death Viking savoyard, ayant suivi les traces des maîtres suédois, j'ai nommé Northern Lords. C'est un voyage dans le septentrion qui nous est proposé ce soir, malheureusement et comme à l'accoutumée, le son constitue un obstacle à notre embarcation. Les compositions du groupe, encore bien marquées par des influences saillantes, peinent à se distinguer. Cependant, le quintet en provenance de Savoie (comme le montre l'autocollant sur l'instrument du soliste) s'accroche, emmené par un chanteur qui se pare peu à peu des attributs du viking selon l'imaginaire actuel : une hache co
suite ici
  Haut
 
 
LYON METAL FEST 5
Transbordeur – Villeurbanne – 5 juin 2010

Retrouvez toutes les photos de la soirée en cliquant sur ce lien :
LYON METAL FEST 5 - par Will Of Death & Virginie Mas


LMF5


par Will Of Death (WoD), Jean-Baptiste Juillard (JB69) et Benjamin Cretin (BC).


5ème édition déjà pour le Lyon Metal Fest, après une 3ème édition que beaucoup ont jugée trop axée sur le Nu-Metal et le Hardcore et une 4ème sans grand relief au niveau de l’affiche. Cette fois, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands puisque les Américains de Cynic sont présents, Loudblast revient sur scène, Ultra Vomit rameute toujours du public et Punish Yourself clôt la soirée avec tout son attirail visuel… Bref, on ne devrait pas s’ennuyer ce soir ! (WoD)

Ce sont les Lyonnais/Mâconnais de THE SEVEN GATES qui ouvrent la soirée, pour, et on le saura plus tard, le dernier concert en France du groupe avec leur batteur Kévin, désireux de passer à autre chose. Curieuse décision, à vrai dire, quand on a la chance de jouer dans un groupe au tel potentiel…bref… Pas facile d’ouvrir un festoche à 17 h 30 un samedi et le groupe avait de fortes craintes de jouer devant un parterre vide. Or, il n’en a rien été, car le beau temps aidant, le public fait le pied de grue devant la salle depuis longtemps, et placés sur la petite scène devant le bar et l’entrée, c’est devant une salle comble (donc environ 500 personnes) et déchaînée que le groupe va officier. Dès l’intro bien glauque et le début du brutal « Quake Of The Hammer », le public se rapproche pour ce qui va être un des meilleurs concerts du groupe auxquels j’ai assisté ! Le son cococté par l’ingé-son Serge de Almeida est comme d’habitude nickel, permettan
suite ici
  Haut
 
 
ORPHANED LAND + SUIDAKRA + ARKAN
Lyon – Marché gare – 9 mai 2010

[Textes et photos par JB69]



Le dimanche 9 mai clôt une semaine marquée par des intempéries inattendues compte tenu de la saison. Alors quoi de mieux, pour lutter contre ces temps moroses, que de venir assister à la première date française des Israéliens d'Orphaned Land, qui proposent une musique aux sonorités orientales chaleureuses ? D'autant plus que l'on trouve ce soir, aux côtés de la formation emmenée par Kobi Farhi sur cette affiche alléchante organisée par My Reference Events au Marché Gare, le groupe de Metal oriental Arkan, ainsi que SuidAkrA venu ce soir nous faire partager son Death mélodique empreint d'ambiances folkloriques liées aux cultes païens.

Arrivé à 19h, comme à mon habitude et conformément à ce qui était indiqué sur le tract du concert, j'apprends avec regret, et je ne suis apparemment pas le seul, que le concert est commencé depuis 18h15, ce qui fait qu'ARKAN est déjà en train d'interpréter son dernier morceau. On peut remarquer que, malgré une fosse pas totalement remplie, le public semble séduit par la formation parisienne qui jouit d'un son tout à fait correct et d'un light show aux couleurs chaudes. On observe aussi la présence d'une guitare acoustique sur le bord de la scène, qui a selon toute vraisemblance permis de retranscrire l'ambiance des morceaux de l'album Hilal, sorti en 2008 et produit par le très réputé Fredrik Nordström. En discutant avec quelques spectateurs, je me rends compte que la prestation du groupe a été très appréciée. Nul doute qu'avec un batteur ayant officié dans The Old Dead Tree, des guitaristes distillant des riffs inspirés avec dextérité, et un duo vocal marqué par une alternance entre des vocaux rugueux émanant de Florent, ex-chanteur du groupe de Death Metal Whisper-X qui a écumé les planches lyonnaises durant plusieurs années avant de splitter, e
suite ici
  Haut
 
 
SEPULTURA + CROWBAR + HAMLET + ARMED FOR APOCALYPSE
File 7 - Magny Le Hongre - 24 avril 2010

[Textes et photos par Yath]

Franchement, entendre que Sepultura est en concert à Magny Le Hongre, chez Mickey, ça fait quelque chose. Merde, après toutes ces années, ce succès incroyable, les Brésiliens se retrouvent à Magny ?! Sans manquer de respect à cette charmante petite ville, Sepultura, c’était encore le Zénith il y a quelques années ! Mais les temps changent et désormais, les groupes doivent aller chercher leur public. Peu importe, Sepultura va au charbon.

ARMED FOR APOCALYPSE et HAMLET ont beau être totalement inconnus, ils font le boulot. Ils se donnent à 200%, et leur metal (core ?) moderne fini par conquérir la foule et par chauffer un peu les épaules. Surtout que les groupes affichent un réel plaisir à être sur scène, et ça, le public le sent.

Vient ensuite le tour de CROWBAR, qui nous fait du…Crowbar. Le strict minimum. On a toujours l’impression que Kirk n’en a rien à faire, mais sur scène, il semble quand même heureux. Comme d’hab’, Crowbar dégage un sentiment de désinvolture, de gâchis, mais en fin de compte, c’est aussi pour la facilité avec laquelle nous pondent ses riffs monstrueux et fondateurs qu’on l’aime non ? Bon concert, qui ne convainc tout de même que les fans du combo, venus en nombre ce soir.



Mais toutes ces prestations honorables vont s’effacer en un rien de temps. Le temps que SEPULTURA entre en scène et balance « Alex I / Moloko Mesto » suivi d’un « Arise » dévastateur. Il ne reste plus qu’Andreas Kisser dans Sepultura ? Peut-être, mais le guitariste reste un artiste hors-pair et, mine de rien, il a gardé le nom du groupe et la tripotée de classiques qui vont avec… Alors OK, le public est quasiment exclusivement là pour ces vieilles compos et les nouveaux titres nous laissent de marbre, mais ce soir, le groupe atomise tout sur so
suite ici
  Haut
 
 
POWER PROG AND METAL Fest 2010
Lotto Mons Expo – Mons (Belgique) – 10 avril 2010

Textes et photos : Jean-Christophe BAUGÉ / Metal Obs’ - Noiseweb



Excellente initiative que la mise sur pied de ce nouveau festival par une équipe de passionnés belges (10 salariés et 200 bénévoles) menée par Tony Carlino, un commerçant binchois de 44 ans. Cet ami de Rudy Lenners, l’un des premiers batteurs - wallon - de Scorpions, a su convaincre Klaus Meine et Cie d’occuper le haut de l’affiche de ce premier PPM Fest. 2 scènes dont l’une aux longues avancées latérales pour les stars de la soirée, 17 groupes dont quelques pointures dans le monde du Metal, du Prog’ et du Hardcore… Il n’en fallait pas plus pour faire affluer près de 6 000 metalheads (et 50 journalistes) vers le Lotto Mons Expo ce samedi 10 avril.

Les portes s’ouvrent comme prévu à 10 heures pétantes. S’ensuit un petit cafouillage pour l’attribution des pass presse, heureusement dissipé par une équipe réactive et compréhensive.

Les festivités débutent une heure plus tard sur la petite scène avec les montois de T.C.M.F.H., alias The Crazy Motherfuckers From Hell. 9 musiciens dont 4 chanteurs et 2 guitaristes : est-ce bien nécessaire pour proposer un hardcore de base ? Non, sans doute, mais le petit set de 25 minutes est assurément énergique. Le groupe, seulement formé depuis 2009, n’a qu’une démo 3 titres en poche… il a tout le temps de se faire un nom.



Direction opposée vers la grande scène après 5 minutes de battement : les 5 bruxellois d’ANWYNN, sous influence Maiden / Nightwish et de la mythologie celte, proposent un set emmené par la belle (Amandine, chant) et la bête (Bouc, grunts). Bien que nominé dans la catégorie Best New Comers du Metal Female Voices Fest 2009, le groupe fait montre d’enco
suite ici
  Haut
 
 
PARIS EXTREME FEST #1
Paris – Elysée-Montmartre – 26/27/28 mars 2010
Journée présentée : Metal day (28 mars)



Journée métal du 1er festival indoor à Paris ambitieux depuis bien des années, le Paris Extrême Fest ne pouvait que consacrer une journée complète à notre musique adorée, et ce, sur une METAL OBS’ stage !!

Bien que des commentaires ont fusé avant/pendant et après, attardons-nous un peu sur l’idée du festival avant d’attaquer le menu. Organisé dans l’une des plus belles salles de la capitale, le festival décline sur 3 jours 3 formes de musique extrême, le punk pour le vendredi, le hardcore pour le samedi et pour finir le métal pour le jour du seigneur. Bon point pour l’idée qui trottait dans la tête de l’orga’ depuis des années de créer un festival d’envergure à Paris. Scinder le festival sur 3 jours est intéressant aussi à défaut de pouvoir mélanger les styles, le public, donc l’ouverture vers d’autres groupes qu’on ne serait pas allé voir stand alone.

La bonne surprise passée, on découvre l’affiche avec une moue un poil sceptique : certes, elle regroupe des noms prestigieux mais elle est bien loin de pouvoir rivaliser avec d’autres festivals européens d’envergure moyenne (en Allemagne ou le Neurotic Deathfest). A quoi bon payer 60 € l’entrée pour voir des groupes qui passent au minimum deux fois par an en tournée européenne (Arch Enemy, Entombed, No Return) voire plus (Samael) ? Seul Dark Funeral et nos Treponam Pal faisaient office de rareté, le premier étant parachuté sur cette date en plein milieu de sa tournée européenne.
Pour cause d’empêchement, nous n’arrivons que pendant l’entracte de mi-journée vers 15h. Une fois n’est pas coutume, on peut très bien sortir de la salle pendant une journée bien remplie pour aller bouloter un morceau ou cloper sans se faire sermonner par un discours du type « toute sortie est définitive ».

TREPONEM PAL entame la seconde moitié de la journée avec un Mar
suite ici
  Haut
 
 
OBITUARY + PERSEFONE
Paris – Trabendo – 14 mars 2010



Obituary a régulièrement déçu depuis sa reformation en 2004, que ce soit sur plastique ou en live, époque révolue des 90’s où la joie de retrouver les troupes de Tampa, après un hiatus de 7 ans plus ou moins justifié, a laissé place en quelques mois à une déception et un drôle de goût dans la bouche, la faute à un groupe obnubilé par le business et plus grave, un style congelé dans le temps, qui sous prétexte de fidélité à un style jugé longtemps moribond, servait une musique n’apportant rien de neuf. Paradoxe d’un groupe qui a pourtant su évoluer souvent avec brio entre 88 et 97. Qu’attendre du groupe en 2010, improvisant presque une mini-tournée de 16 dates dans les endroits où la tournée avec Amon Amarth n’avait pas fait escale un an plus tôt? On ne cachera que ce n’est pas l’enthousiasme des grands jours à l’arrivée au Trabendo. Tiédeur partagée puisque la tournée prend des allures de vaches maigres, ce géant du Death Metal, le seul à la grande époque avec Morbid Angel et Death à remplir les grandes salles parisiennes, ne fait plus recette : 250 personnes ce soir contre 750, 5 ans plus tôt !

C’est PERSEFONE, inconnu groupe d’Andorre, qui ouvre le bal d’une affiche aussi très maigre (deux groupes seulement) mais cela fait tellement de bien de ne pas voir cette fois se monter des tournées avec 6/7 groupes dont le but est clairement de limiter le risque financier. Pas grand-chose à signaler niveau musique, on écoute avec une oreille distraite les 45 minutes qui s’écoulent, parfois du balcon, il faut bien l’avouer.



OBITUARY, qui réussissait l’exploit d’avoir maintenu le même line-up de 1992 à 2005, ne tient plus que les piliers en son sein, soit Trevor Peres (malheureusement venu sans la sauce qu’il vient de
suite ici
  Haut
 
 
FEAR FACTORY + AFTER ALL
Bruxelles (B) - VK - 21 Février 2010

FF 2010


Je me tatais depuis quelques jours déjà quant à aller à ce concert. J'avais appris plusieurs mois auparavant le retour de Dino à la guitare mais c'est l'annonce de l'arrivée de Gene Hoglan (batterie - ancien SYL, Dark Angel, Death, etc...) qui a le plus retenu mon attention... A défaut d'avoir vu Strapping Young Lad en live, j'avais là une occasion de voir de mes propres yeux la section rythmique implacable de celui-ci...

J'arrive donc dans cette salle bruxelloise, fort sympathique au demeurant mais dans un quartier bien pourri, pile à l'heure pour AFTER ALL qui entre en scène sur le générique de l'Agence Tous Risques (fallait oser!!!). Les Thrashers belges, comptant dans leurs rangs un ancien Aborted, délivrent une mixture métallique assez accrocheuse, à mi-chemin entre old school à la Death Angel et Fear Factory justement. Ça joue carré, c'est en place mais on sent que les zicos ont encore besoin de gagner en assurance scénique. Gageons que cette mini-tournée leur sera bénéfique. A noter quand même la p’tite reprise bien exécutée du "Breaking The Law" de Judas Priest. Et une mention spéciale pour le chanteur qui apporte un plus non négligeable à la formation de par ses capacités... Un groupe à suivre de près.

FF 2010


Le temps de s'enfiler une bière et FEAR FACTORY envahit la scène (oui, envahir est le bon terme si on juge le gabarit de la majorité des musiciens ^^). Et dès le premier morceau, c'est la baffe... Un son très puissant tout en restant clair, une présence et un charisme tout américain, Burton C. Bell qui a énormément progressé au chant (même s'il fatigue toujours un peu en fin de set - mais bon, après 2h, on lui pardonne)
suite ici
  Haut
 
 
LAMB OF GOD + JOB FOR A COWBOY + AUGUST BURNS RED + BETWEEN THE BURIED AND ME
Bataclan - Paris – 15 fév. 2010

Lamb Of God


Une bien belle soirée métal US (et un peu hardcore avec les 2 premières parties) à l’affiche de ce début de semaine au Bataclan alors que la salle n’affiche pas encore complet. Mais quelle ne fut pas la déception des fans de BETWEEN THE BURIED AND ME et de votre serviteur qui arrivèrent légèrement après 19h00 et ratèrent cet intéressant groupe américain originaire de Caroline du Nord alors qu’il devait passer en 2ème position à l’origine de cette programmation. Tant pis, nous ne nous délecterons pas de leur habile mélange de death métal mélodique, de hardcore, de jazz et de progressif…

Direct, nous avons droit alors à leurs compatriotes d’AUGUST BURNS RED (Pennsylvanie) souvent étiquetés de métalcore chrétien. Leurs fans, jeans slim et mèches de cheveux gominées et piercing au visage inclus, répondent présents et le groupe est plutôt bien accueilli. L’interprétation d’extraits de leur dernier album Constellations (Solid State Records/2009) est carrée et le son correct. On notera une bonne performance du chanteur. Après, de là à dire que leur musique est originale, ça serait un peu pousser mamie dans les orties.

Bref, passons aux choses sérieuses à présent avec les death métalleux de JOB FOR A COWBOY. Ayant sorti leur second opus courant 2009 intitulé Ruination (Metal Blade Records), ils nous servent une set-list de huit missiles piochant dans le petit dernier mais aussi à notre plus grand bonheur dans leur deuxième démo, le EP Doom, qui était plus orientée deathcore/grindcore à leurs débuts. Malgré quelques petits problèmes de cymbales pour le très bon batteur Jon Rice, dit « The Charn », durant les deux premiers titres, le groupe enchaîne les morceaux, mené par leur frontman, le chanteur géant Jonny Davy (tatoué sur un seul des deux bras). Une partie du publi
suite ici
  Haut
 
 
EVILE + WARBRINGER + THE FADING
Paris – Glaz’Art – 10 février 2010

All pictures courtesy of Noiré


Evile Tour 2010


Une triste histoire de calendrier a engendré en ce début février une chevauchée Heavy-métalienne parisienne, Gamma Ray se produit en effet au Trabendo à quelques encablures du Glaz’art. Pas de doute sur le fait que cela ne soit pas étranger au vide laissé dans cette dernière, bien malheureusement. Car ce soir, c’était 1985 en 2010 et que c’était l’un des concerts les plus réjouissants de ces six derniers mois, avec St Vitus la veille. Ce ne sont donc que 70 personnes qui investissent la petite salle du 19ème arrondissement, qui font honneur au doublé Evile/Warbringer, soit la tradition pure vs la tradition renouvelée.

Greffés à cette tournée, les Israéliens de THE FADING semblent représenter un trait d’union entre les deux têtes d’affiche, à savoir une mixture de trash à l’ancienne côté session rythmique et de musique plus moderne, en témoignent certains tempos mettant la pédale douce et un chant plus écorché, à rapprocher d’un de ses petits-frères, le Death Metal. Malgré l’enthousiasme du chanteur, le charme et la gentillesse du groupe n’emportent pas l’adhésion des troupes.

Evile Tour 2010


Deuxième tournée européenne pour les Californiens de WARBRINGER, faisant suite à celle donnée au printemps 2008 en compagnie de Suffocation et Napalm Death. Là où le groupe était plus que débutant et parachuté sur une tournée lui donnant des allures d’extra-terrestres face aux vétérans du métal extrême, les progrès effectués en deux ans crèvent les yeux : le chanteur John Kevill est devenu un véritable frontman made in Venice, poings fermés, coude en avant et baskets à languettes sur l
suite ici
  Haut